Ces travailleurs de l’ombre, enrichissement de notre collectivité

Il fait beau. Je cours dans le parc comme je le fais régulièrement. C’est uriviere-parcn endroit magnifique longeant l’estuaire de la rivière et donnant accès à toute cette belle nature à deux pas de chez-moi.

En chemin, un homme et une femme attirent mon attention. Sac et outil à la main, je les perçois observateurs, en recherche. Allant au bout de ma curiosité de leur quête, ils me révèlent porter attention à l’état du parc et des sentiers : un déchet ici, une branche nuisible là. Je les sens heureux. Revient en moi l’image de ces deux hommes qui s’affairaient dernièrement à réparer le terrain suite à une crue des eaux. Et toutes ces décorations qui apparaissent comme par magie tout au long des sentiers au temps des Fêtes et à la Saint-Valentin.

Je me sens interpellée par ces travailleurs de l’ombre qui Lire la suite

La force de vie du peuple haïtien

Haïti, qui n’a pas encore fini de se remettre du tremblement de terre du 12 janvier 2010, fait face à une situation désastreuse et horrible suite au passage de l’ouragan Matthew.

Les dégâts causés par cette catastrophe naturelle mettent le peuple haïtien en face de sa grande vulnérabilité et de sa pauvreté au niveau des infrastructures.

Heureusement, cet ouragan monstrueux n’a pas ravagé toutes les régions, sinon, ce serait la pire tragédie survenue dans le pays.

Malgré tout, on compte plus de 500 morts, des maisons détruites, des têtes de bétail disparues, des arbres déracinés, des plantations agricoles dévastées par le vent et les inondations. Bien des endroits ressemblent à un véritable désert.

Le tableau de la situation concrète des gens qui vivent dans les départements du Sud, du Sud-Ouest, les Nippes et la Grand-Anse est sombre et triste. Les pauvres gens, qui n’avaient même pas le minimum de ressources pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires ont tout perdu. Les cas de choléra augmentent. Les personnes les plus touchées n’ont pas encore accès à l’eau potable. À cause de la destruction des routes et des sentiers en terre battues, plusieurs endroits demeurent inaccessibles pour recevoir de l’aide humanitaire.

Il y aurait de quoi se laisser sombrer dans la désespérance, mourir de faim et de soif ou rester accroupi dans sa misère.

« Nous avons tout perdu, mais nous sommes encore en vie, nous pouvons reconstruire! » Telle est la réflexion d’une des victimes de l’ouragan qui reflète la pensée positive et la force de vie des personnes sinistrées.

J’ai vu des images très émouvantes qui montrent la chaîne de solidarité des gens dans cette épreuve. Ils se donnent la main pour se sauver la vie.

Des familles accueillent, sous leur toit, d’autres personnes de leur entourage qui n’ont plus de logis, et ceci, malgré leur condition de vie très précaire.

Avec un tapis ou du tissu attaché à deux ou trois poteaux, les gens cherchent à se forger leur propre abri provisoire. Malgré le choc terrible très traumatisant qu’ils viennent de connaître, le sourire revient sur leur visage et la vie reprend tranquillement.

Cet événement très pénible nous fait vibrer aux entrailles. Cependant, le peuple haïtien nous fait découvrir, une fois de plus, son courage, sa joie de vivre, sa résilience, sa débrouillardise. Il lui suffit d’un coup de pouce pour qu’il se relève et renaisse de cette catastrophe, car il veut vivre.

Micheline Joseph, formatrice PRH en Haïti

Un monde qui s’humanise

Tout comme plusieurs personnes, j’ai été rivée à mon téléviseur à l’occasion des Jeux olympiques qui se sont tenus à Rio en août dernier. Ce regard porté sur cet événement mondial m’a fait un bien énorme. Je ne perçois plus ce phénomène sportif de la même manière. Je saisis mieux combien la personne peut y trouver une satisfaction de fond à s’accomplir et à se transformer.

Que d’émotions et d’émerveillement devant ces athlètes qui ont performé pour tenter de décrocher une médaille, fruit de leur labeur après tant d’années d’investissement de toute leur personne! En effet, on a entendu et pu lire dans les journaux que ces athlètes ont dû prioriser la pratique de leur discipline et mettre un peu de côté leur famille, leurs loisirs, leurs amis et même certains aspects de leur vie personnelle afin de tenter le tout pour le tout. Que de sacrifices!

Lorsque vient le temps de performer, tout peut arriver : Lire la suite

Donner un sens à ma vie

Qui peut affirmer ne jamais s’être posé cette question du sens à donner à sa vie, à un moment ou l’autre de son parcours? Personnellement, je peux dire qu’il m’est arrivé, à quelques reprises, de me poser ces questions : « Est-ce que ma vie a du sens? Est-ce que je m’accomplis pleinement en tant que personne? Suis-je sur la route de mon bonheur? »

Être à la recherche du sens de sa vie est une quête qui est partagée par un grand nombre de personnes. Mais, c’est quoi au juste le sens de sa vie? Où doit-on chercher pour le trouver? Que doit-on chercher? C’est en me questionnant à ce sujet que je me suis rendue compte, qu’au fond de moi, j’étais en réalité à la recherche de mon identité profonde : « Qui suis-je au tréfonds de moi? Quel idéal de vie correspond à qui je suis vraiment? » Voilà par où j’ai dû commencer ma recherche.

Qui suis-je au juste?

deux-directionsC’est une première question qui s’est imposée à moi. Je me suis engagée dans la découverte de mes forces, de mes aptitudes, de mes talents, de mes valeurs profondes, de mes goûts, des liens que je vis avec certaines personnes, des actions qui donnent sens à ma vie. J’y ai découvert également mes limites en tant que personne humaine qui ne peut tout accomplir. Cette recherche m’a permis de découvrir que je suis une pédagogue, une écoutante empathique et une femme qui a un potentiel pour l’aide à autrui. Je suis devenue également une grand-mère tendre, Lire la suite

Rentrée scolaire

Hier, c’était la rentrée scolaire de mes enfants. Ils étaient heureux de revenir à l’école après ces deux mois de vacances salutaires, enchantés de retrouver leurs amis, de découvrir leurs nouveaux enseignants et d’utiliser leurs nouvelles fournitures de début d’année.

Quand je les observe dans ce démarrage, je suis émerveillée de voir combien ils sont motivés, responsables, fiables, organisés, libres et heureux d’aller à l’école.

Pourtant, à bien observer la mine des parents ce matin-là dans le grand gymnase, je me suis demandé qui des parents ou des enfants faisaient la rentrée. Lire la suite